VDSL2 fantasme et réalité … Free et les autres se préparent depuis longtemps

Free et le VDSL2 un scoop qui n’en est pas un !

Le média « Lettre A », titre le 31 janvier 2013 «  Le prochain coup que prépare Free«  Free a encore quelques munitions dans sa besace. Selon des sources industrielles, la société de Xavier Niel aurait en toute discrétion équipé sa Freebox Révolution, lancée début 2011, d’une interface VDSL 2 +, technologie (…) Après les promesses de la fibre à 100 Mbit/s pour tous les parisiens en septembre 2006 lancé par Xavier NIEL, aura t on droit au VDSL2 pour tous au printemps 2013, sans doute mais ce n’est en rien une exclusivité ou un choix spécifique à tel ou tel acteur. On se souviendra que le retard dans la Fibre n’est pas que la faute à Free, mais il ne serait pas faux de dire que FREE est en partie victime de ses propres erreurs, notamment en ayant voulu imposer des architectures et brevets qui n’étaient pas techniquement fiables (exemple : câbles de section hors normes qui devaient être déployés dans les égouts de paris, puis finalement abandonnés, normes de déploiement ad hoc ensuite abandonnées … ). Finalement après avoir symbolisée l’audace, le projet fibre optique est devenue un gadget jugée inutile (dans les dernière par les dirigeants de FREE. Pour autant, est ce que l’une des évolutions de l’ADSL appelée VDSL2 est une (r)évolution inattendue que FREE preparer dans le plus grand secret ! Cette technologie bien connue de tous les acteurs étaient déjà déployées en Belgique par exemple alors que Free annoncée son lancement dans la fibre il y a plus de 6 ans. A noter que l’arrivée du VDSL2 en France sera aussi liée à la compatibilité du modem chez les clients. Certes les nouvelles Freebox Révolution et Bbox Sensation sont bien VDSL2 Ready et c’est aussi le cas des nouvelles Livebox 3 et la dernière  box de SFR (avec actualisation). Les cartes installées dans les DSLAM récemment permettent de fournir du VDSL2 là où l’opérateur le souhaite. si le VDSL2 permet d’améliorer kle service au client lorsqu’il se situe à moins de 900 m du central de raccordement (DSLAM de l’opérateur dans le central de France Télécom), au delà cette technologie n’apporte rien de plus que l’ADSL2+ actuellement déployée en France. C’est donc une solution qui permet d’améliorer le service dans le zones urbaines et le cœur des villes pour les sites les plus proches des centraux techniques. Elle vient donc concurrencer transitoirement dans les zone où la fibre est susceptible de se dé »ployer le plus vite et où le réseau câblé offre déjà un service à 100 Mbit/S avec le FTTLA. C’est en fait plus une « arme défensive » contre le réseau câblé et ses offres plus performantes que l’ADSL2+ qu’un substitue à la fibre optique. Il n’ y a en celà rien de révolutionnaires ou de secret … et encore moins d »exclusif. Tous les acteurs de l’ADSL vont utiliser cette évolution et l’ont déjà prévu ou testé. L’ARCEP met en place le cadre pour Le président de l’ARCEP rappelle brièvement la façon dont le dossier du VDSL2 est géré en France : « Contrairement à ce qu’on a pu lire ou entendre, l’ARCEP n’a pas de le pouvoir d’autoriser ou d’interdire cette technologie. L’Autorité a, par contre, imposé à France Télécom, en vertu du principe de neutralité technologique défini par les textes européens, d’autoriser l’utilisation, sur sa boucle locale, de toute technologie, dès lors qu’elle n’est pas susceptible de perturber le bon fonctionnement du réseau. » Un comité spécifique a ainsi été constitué en 2002 afin de se prononcer sur ces éventuelles perturbations. Selon Jean-Ludovic Silicani, début 2011 plusieurs opérateurs auraient demandé au comité d’étudier les conditions d’introduction du VDSL2. Le comité procède donc actuellement à des tests sur le terrain afin de s’assurer que « cette nouvelle technologie ne va pas détériorer les services existants ». Les conclusions de ces travaux ne sont pas attendues avant le début de l’année 2013. Si le comité estime que le VDSL2 peut être introduit en France, l’opérateur historique disposera d’un délai de 6 mois pour autoriser l’utilisation de cette technologie par les opérateurs tiers sur son réseau. Le VDSL2 ne devrait donc pas montrer le bout de son nez dans les foyers avant l’automne 2013.   Cette technologie est déjà utilisée par des acteurs de l’offre aux entreprises comme OVH par exemple.      

01 Jan 1970