Définir et accompagner la mise en œuvre de stratégies de territoires intelligents

La définition de stratégies de territoires intelligents doit s’appuyer sur les priorités des acteurs locaux et leurs spécificités pour imaginer des modèles économiques et contractuels adaptés. La mise en œuvre des projets ainsi définis doit s’accompagner de dispositifs nécessaires à une transformation pérenne : maîtrise de la donnée, médiation numérique, conduite du changement et gouvernance multi partenariale.

Une question ?   Télécharger le livre blanc

Mettre le numérique au service des priorités des territoires

De nombreuses collectivités ont fait du numérique un outil fondamental de leur stratégie de valorisation des territoires. Selon l’étude Mapping Smart Cities in the EU du Parlement Européen[1], un territoire intelligent est un territoire « qui cherche à résoudre les problèmes publics grâce au numérique sur la base de partenariats d’initiative locale et mobilisant de multiples parties prenantes, avec pour objectif de générer un développement économique plus durable et une meilleure qualité de vie ».

Les approches dites « smart city » ou « smart territoire » peuvent toutefois être très différentes d’une collectivité à l’autre et mettre en avant des priorités variées en fonction des grandes causes soutenues localement. Il est néanmoins possible de regrouper les priorités en six grandes catégories :

  • La gouvernance : le pilotage du smart territoire devient le fruit d’instances multi-partenariales intégrant des organisations publiques, privées et civiles. La prise de décision est alors le fruit d’une concertation et permet la cocréation de services avec la population. Dès lors, les nouveaux services sont conçus centrés sur les usagers (ce qui conduit par exemple à la mise en place de services multicanaux dans une gestion de la relation citoyen repensée). La transparence devient un autre principe clé pour faciliter la participation de tous à la prise de décision. C’est l’un des enjeux de l’open data par exemple.

 

  • L’environnement et le climat : les stratégies territoriales fondées sur cet objectif portent notamment sur les réseaux intelligents d'énergie (smart grids), le suivi et le contrôle de la pollution (qualité de l’air, de l’eau, réduction des déchets…), la rénovation des bâtiments et des équipements (ex : éclairage public), ainsi que l’efficacité de l'utilisation des ressources dans des logiques vertueuses de développement durable et de résilience du territoire.

 

  • L’économie de l’innovation et la structuration de la filière numérique : la collectivité peut favoriser l’émergence de clusters intelligents et d’écosystèmes numériques intégrés, dans une logique d’excellence et de partage des connaissances : structure d’accueil pour les entreprises (couveuses, pépinières…), tiers-lieux (coworking, Fab Lab, Maker Space…), living lab, animations (création de communautés, hackathon, learning expeditions...) …

 

  • La mobilité et les transports : il s’agit de limiter le recours à la voiture individuelle, en améliorant la qualité de service et la lisibilité des transports collectifs et en promouvant les mobilités douces et collaboratives. Cela passe par la mise en œuvre de systèmes d’informations multimodaux, permettant de recentrer les possibilités de déplacement sur les besoins des usagers (billettique unifiée, Mobility as a service, calculateurs d’itinéraires multimodaux).

 

  • Les enjeux de société et de créativité de la population : les stratégies territoriales sont amenées à sensibiliser et développer les compétences numériques des habitants afin de que ceux-ci puissent s’approprier les outils numériques et participer à la création de nouveaux services. Cela passe par le développement du numérique éducatif, l’aide aux démarches en ligne et la création de formations adaptées aux métiers de demain.

 

  • La qualité de vie : renforcer le bien-être, la santé et la sécurité des citoyens constitue également une orientation possible pour les territoires intelligents : offre de loisirs accès à la culture, valorisation du patrimoine, logement connecté...

 

Tactis accompagne la transformation numérique des territoires

Le pilotage de projets « smart » induit la création de nouveaux modèles de gouvernance et une révolution culturelle (plutôt que technologique) nécessaire à la mise en place d’un cadre pérenne d’innovation associant les collectivités locales, le monde académique, les associations (représentants d’usagers, secteur de l’insertion…), les entrepreneurs et les citoyens.

- Une gouvernance du territoire intelligent placée dans une logique d’innovation ouverte

La puissance publique doit évoluer vers un rôle d’accompagnateur et de tiers de confiance qui collabore horizontalement avec l’ensemble des acteurs territoriaux. Les attentes des usagers sont par ailleurs de plus en plus personnalisées et complexes à satisfaire et évoluent rapidement, tout comme les technologies et le contexte économique global, d’où l’intérêt d’initier au sein des politiques publiques :

  • La culture de « l’essai-erreur »,
  • Les savoir-faire liés au prototypage rapide et au test de solutions, pour disposer rapidement de retours terrains permettant de réorienter et d’améliorer en continu ces politiques,
  • Le suivi et l’évaluation systématique des projets et des politiques à travers la mise en place d’indicateurs et un travail sur la donnée.

L’objectif est ainsi d’identifier les modèles économiques viables qui soutiendront la dynamique d’innovation à long terme.

- Des changements organisationnels à inscrire dans la durée

Au sein des collectivités, il s’agit de favoriser le passage d’une organisation verticale en « silos » déconnectés les uns des autres (transports, énergie, réseaux de distribution, social…) à une organisation plus horizontale et centrée sur les usagers. Pour assurer cette transversalité et répondre aux enjeux numériques de nouveaux métiers ont vu le jour : Responsable Ville Intelligente, Digital Officer, Data Officer, Responsable Innovation.

Tactis - Smart territoires et nouveaux métiers du numérique

Cette réorganisation nécessite une conduite du changement sur la durée pour ancrer les mutations de manière pérenne. Le premier levier concerne l’acculturation des agents et des élus aux sujets numériques. Cela passe également par la création de communautés ou de réseaux de référents numériques internes. Ceux-ci peuvent bénéficier de formations, de partages d’expériences, de ressources communes et participent à la co-construction de projets.

Tactis au service des territoires intelligents

Tactis accompagne les territoires intelligents dans la définition et la mise en œuvre de stratégies et de plans d’actions prenant en compte les éléments définis ci-dessus, à savoir :

  • Les priorités des territoires et leurs spécificités,
  • Les modèles économiques et contractuels adaptés et en capacité de s’ajuster aux futures évolutions,
  • Les éléments incontournables pour accompagner cette transformation : maîtrise de la donnée, médiation numérique, conduite du changement et gouvernance multi partenariale.

 

Tactis construit des diagnostics et des recommandations valorisant les spécificités et atouts du territoire, et propose des réponses innovantes aux défis locaux (carence des transports publics, prévention des risques, sécurité, dispersion des politiques publiques…). Les politiques numériques ainsi mises en place favorisent l’émergence de nouvelles compétences et de nouveaux savoir-faire, qu’il conviendra d’accompagner pour assurer leur passage à l’échelle.

[1] Source : Parlement Européen (2014). Mapping Smart Cities in the EU

Nicolas Potier

Nicolas Potier

Directeur Associé
Diplômé de Science Po Paris, spécialisé en modélisation économique et financière de projets public-privés, Nicolas pilote des projets de territoires intelligents et de transformation numérique.


ME CONTACTER

Contactez Nicolas Potier

Une question sur les territoires intelligents ? Besoin d'une levée de doute en vue d'un futur projet ? Envoyez un email à Nicolas Potier, directeur associé Tactis.


Nicolas Potier

Nicolas Potier

Directeur Associé Tactis
Diplômé de Science Po Paris, spécialisé en modélisation économique et financière de projets public-privés, Nicolas pilote des projets de territoires intelligents et de transformation numérique.