WIFI territorial

Du fait de son caractère universel, sécurisé et polyvalent le réseau sans-fil « Wifi » est devenu un besoin clé pour les habitants et les touristes. Des réseaux Wifi se développent à l’initiative de collectivités notamment dans des logiques de marketing territorial/Smart City, on parle ainsi de Wifi territorial.

Le niveau d’exigence en termes de fiabilité et de performance du Wifi territorial est par ailleurs croissant. Il demeure complémentaire au réseau mobile, comme le souligne la Banque des territoires (ex-Caisse des Dépôts) dans son guide du Wifi territorial, le roaming ne saurait se substituer à un réseau Wifi pour offrir une réelle connectivité aux usagers étrangers ou éloignés de toute couverture mobile de qualité. Il permet par ailleurs de désaturer le réseau mobile dans des zones à forte fréquentation.

Qu’est-ce que le Wifi territorial ?

Le Wifi territorial consiste en un Wifi unifié au sein d’un territoire : l’utilisateur se connecte via un portail captif, et toutes les bornes déployées assurent une couverture où l’usager n’a pas besoin de se reconnecter à chaque fois (connexion sans couture).

Quels sont les avantages du Wifi territorial ?

Le Wifi territorial est un facteur important d’attractivité d’un territoire qui permet :

  • D’assurer une couverture en haut débit, notamment pour :
    - Les touristes hors union européenne ;
    - Les zones éloignées d’une couverture mobile de qualité ;
    - Les zones à forte fréquentation d’usagers qui connaissent une saturation de réseau mobile (évènements, lieux touristiques, gares…)
  • Fournir une continuité de service grâce au portail captif qui permet une connexion sans couture ;
  • Pour la collectivité, de disposer d’un canal à informations hyper locales adaptées et personnalisées;
  • Avoir une meilleure compréhension des flux urbains(notamment pour comprendre les migrations pendulaires sur un territoire …).
  • Transférer les contraintes légales (loi relative au renseignement de 2015) pour les lieux privés touristiques grâce à une surbox qui permet d’unifier le réseau wifi territorial sur le territoire ;
  • Promouvoir les usages diversifiés notamment la collecte de données des objets connectés.

 

Au-delà des services offerts aux usagers, le WiFi territorial permet pour la collectivité de disposer d’un outil supplémentaire pour analyser le territoire :

  • Tourisme : flux, parcours touristiques, typologie des utilisateurs ;
  • Croisement des données de flux et de la typologie d’utilisateur avec des données complémentaires ;
  • Meilleure compréhension des centres d’intérêt des utilisateurs pour les diriger vers des offres personnalisées pour renforcer l’attractivité du territoire.

 

Quelles sont les caractéristiques d’un réseau Wifi territorial ?

Le Wifi territorial correspond au déploiement de points d’accès réseau sur le territoire, principalement dans les lieux de passage, mais il ne se limite pas qu’à ces aspects.

Afin de devenir une commodité simple d’usage et attractive un tel réseau pourrait :

  • Proposer un portail de connexion commun à tous et adapté au tourisme (portail captif). Ce portail ne nécessite qu’une authentification unique et permet une reconnexion automatique au réseau une fois à proximité. A la suite de la connexion l’utilisateur serait redirigé vers une page web « communautaire ». Celle-ci aurait pour but de mettre en avant des activités locales et aurait pour principal but de faciliter le séjour de l’utilisateur.
  • Être déployé dans des lieux touristiques privés (restaurants, hôtels, campings...) en intégrant les réseaux existants grâce à une surbox. Cela permettrait de gérer les réseaux de manière décentralisée, une fois le réseau intégré celui-ci apparaîtrait sous le même nom (SSID) et avec le même portail captif que le reste du Wifi territorial.
  • Proposer un dispositif de communication physique et numérique pour promouvoir le service et signaler les points d’accès.
  • Fonctionner de manière unifiée sur tous les sites et points d’accès. Le super administrateur (la collectivité/son partenaire) gèrerait en temps réel les paramètres de connexion et d’authentification sur tout le réseau.
  • Intégrer facilement des appareils utilisant des réseaux partenaires (accords d’itinérance avec les opérateurs mobiles).
  • Permettre la gestion de bases de données afin de mettre en valeur et exploiter les données recueillies.

 

Comment sont structurés les coûts d’un tel réseau ?

Une des premières étapes est de cibler les sites prioritaires pour une implantation de points d’accès, ce qui permettra ensuite de modéliser un scénario de déploiement. Les points d’accès pourront être déployés dans des espaces publics ou dans des lieux privés partenaires (intégration du wifi existant grâce à une surbox). Ces points d’accès pourront être intérieurs, extérieurs ou intégrés à du mobilier urbain.

Globalement la mise en place d’un réseau wifi territorial répond à une structure de coûts en 3 phases :

  • Coûts d’étude et de conception;
  • Coût de pose et d’intégration : le déploiement dans chaque zone de plusieurs points d’accès connectés permettra de déployer l’infrastructure sur un réseau mutualisé ; notamment la centralisation de la gestion des connexions, du pare-feu et des logiciels (portail captif, publicité, …) dans un data center (Commutateur central, Wireless LAN Contrôler, VLAN, etc…) ;
  • Coût d’exploitation et de maintenance
Jean-Francois

Jean-François

Directeur de pôle
Jean-François collabore au sein de Tactis depuis 2005 à la réalisation de schémas directeurs, d’études de faisabilité, et surtout dans le lancement et le montage de délégations de service public et de contrats complexes (négociations, contractualisation) ainsi que le suivi de l’exécution des contrats pour de nombreuses collectivités locales.

Une question ?

Contactez Jean-François

Une question sur le Wifi territorial ? Besoin d'une levée de doute en vue d'un futur projet ? Envoyez un email à Jean-François Celhabe, directeur du pôle AMO.

Jean-Francois

Jean-François Celhabe

Directeur du pôle AMO
Jean-François collabore au sein de Tactis depuis 2005 à la réalisation de schémas directeurs, d’études de faisabilité, et surtout dans le lancement et le montage de délégations de service public et de contrats complexes (négociations, contractualisation) ainsi que le suivi de l’exécution des contrats pour de nombreuses collectivités locales.