Redynamisation des territoires

La croissance démographique française reste tirée par les grands pôles urbains, délaissant les moyennes et petites villes. Cette tendance de fond suscite des problématiques liées au dynamisme de certains territoires en perte d’attractivité et souligne l’importance de conserver des pôles urbains attractifs dans les petites et moyennes villes pour garantir une cohésion du territoire entre les territoires ruraux et les métropoles.

En France Métropolitaine, 98,5% des communes comptent moins de 20 000 habitants et concentrent 57,8% de la population. La réalité de ces communes est plurielle et dépasse la simple distinction urbain/rural.

Si ces communes appartiennent plutôt à la catégorie rurale, il faut désormais faire une distinction au sein de cette typologie de territoire entre les territoires proches des grands pôles urbains (modèle péri-urbain) et ceux véritablement éloignés des villes (modèle hyper-rural).

Ainsi, la catégorie des communes rurales dans leur ensemble ne perd pas de population. Mais L’INSEE souligne en effet que « les communes ne gagnent des habitants que quand elles sont situées à proximité d’une ville, et d’autant plus que cette ville est grande».

A la marge des grands pôles urbains, les moyens et petits pôles urbains affichent une variation annuelle de la population nulle entre 2011 et 2016. Leurs couronnes ont vu ce taux passer de 0,8% entre 2006 et 2011 à 0,1% entre 2011 et 2016.

Ces territoires témoignent d’un manque d’attractivité dont le phénomène est notamment visible par un problème de complémentarité entre ville-centre et territoires périphériques. Or les centres-villes de ces pôles urbains jouent un rôle structurant, moteur et sont garants de la cohésion des territoires du bassin de vie dans lequel ils sont intégrés.

Cette perte de vitalité se traduit par une baisse dans la ville centre de la démographie et de l’activité économique et notamment commerciale ainsi qu’une diminution des services qui en retour finit par affaiblir les territoires environnants.

Pour inverser la tendance, la mobilisation de l’innovation constitue une des réponses. Des solutions innovantes apportent de nouvelles opportunités pour agir sur des thématiques clés :

  • Repenser l’offre commerciale à l’aune du numérique,
  • Améliorer la gestion de la mobilité,
  • Développer des espaces moteurs de la fabrique des territoires,
  • Développer la résilience du territoire par l’agriculture
  • Valoriser le cadre de vie des habitants par le tourisme.
  • Les petites et moyennes villes face aux enjeux de l’attractivité territoriale

 

Cartographie de la redynamisation des territoires

Pour chacune de ces thématiques clés, de nombreuses solutions innovantes existent afin de redynamiser un territoire et ainsi augmenter leur attractivité. Les solutions recensées par TACTIS se concentrent autour des domaines suivants :

Plateformes d’innovation territoriale : Espaces mobilisés pour une communauté afin de mener des projets de R&D sur le territoire grâce à l’utilisation de moyens et de ressources diverses.

Espaces partagés : Espaces décloisonnés mis à disposition de plusieurs professionnels.

Emplois et commerces de proximité : Solutions visant à développer l’emploi et les commerces pratiquant la vente au détail dans lesquels les citoyens se rendent fréquemment.

Tourisme : Solutions ayant pour mission de développement l’offre touristique du territoire.

Agriculture urbaine et périurbaine

Cartographie Redynamisation des territoires

 

Repenser l’offre commerciale

Selon les chiffres du cabinet Cushman & Wakefield, 536 000 m² de centres commerciaux et 893 000 m² de retail parks étaient en projet entre 2017 et 2020 en France.

De plus en plus d’activités commerciales et de loisirs se développent en périphérie. Ce phénomène peut signifier un manque de coordination entre la ville centre et ses communes périphériques, et parfois entrainer une véritable logique concurrentielle.

L’offre commerciale alternative périphérique peut alors être plus compétitive et offrir des services plus qualitatifs, favorisant alors la vacance commerciale dans les centres urbains. Cette vacance commerciale, désignant les locaux ne trouvant pas de preneurs, est passée de 7,2% en 2012 à 11,9% en 2018 selon Procos.

Il est alors nécessaire de retravailler la complémentarité entre offre commerciale périphérique et centre-ville. L’objectif est alors de développer une offre commerciale de centre-ville qui puisse se démarquer avec de nouvelles formes de commerces, plus connectés, se rapprochant des standards des grandes enseignes tout en étant plus intégrée au tissu local.

Divers acteurs privés proposent des solutions afin de développer le commerce de proximité avec des plateformes de e-commerce proposant l’offre des commerçants du territoire, des systèmes de fidélisation multi-commerçants, une aide à la conduite du changement pour les commerçants, etc. Comptoirs de campagne par exemple permet l’installation de commerces de proximité multiservices et connectés comme ceux en Saône Beaujolais ou dans le Vals du Dauphiné.

Développer un management de la mobilité

Les sujets de déplacement et de stationnements sont au cœur des problématiques des petites et moyennes villes. Penser un management de la mobilité est une première étape pour développer des solutions alternatives à la voiture individuelle ou encore agir sur le stationnement pour éviter le phénomène des voitures-ventouses à proximité des commerces.

L’objectif n’est pas de lutter contre la voiture qui est un mode de transport essentiel avec les territoires environnants, mais plutôt de favoriser une meilleure circulation des flux et d’optimiser le taux de remplissage des voitures. Par exemple avec des solutions de stationnement intelligent pour mieux informer sur les places de stationnement existantes ou avec l’auto-partage et le co-voiturage pour augmenter le nombre de personnes par voitures.

La question de la mobilité est aussi celle de la logistique aux commerces mais aussi aux particuliers avec le phénomène ubiquitaire de la livraison à domicile. Cette thématique peut être couplée avec celle du commerce en envisageant des chaines logistiques pour que les commerces locaux puissent livrer à domicile. C’est par exemple le cas de la solution Ma Ville Mon Shopping qui permet aux commerçants de créer une vitrine en ligne et d’organiser la livraison des produits.

Enfin, les modes de déplacements alternatifs à la voiture constituent également des solutions pertinentes dans les territoires ruraux avec les transports à la demande qui se relèvent être plus flexibles que les transports en communs. Le développement du vélo avec des incitations à l’usage via la location de vélos électriques à longue durée est une solution particulièrement plébiscitée, mais dont le succès et l’efficacité reste conditionnée à des aménagements adaptés en voirie.

Investir des espaces pour en faire des moteurs de la fabrique des territoires

La création de tiers-lieux ou d’espaces multi-services peuvent constituer un lieu « totem » du territoire pour développer des projets innovants. C’est notamment le cas des plateformes d’innovation territoriale qui bénéficient de moyens humains et d’équipements, mais aussi de services, de prestations etc…

Ces espaces encouragent la création de projets territoriaux ce qui favorise la dynamique économique et sociétale des territoires mais aussi son attractivité aux yeux des citoyens. L'Inkub est un tiers-lieu illustrant l’impact de ces solutions.

Inauguré en 2016 à Nevers, il regroupe un incubateur, un espace de co-working et de télétravail, un pôle de formation et un service de développement économique pour aider les entreprises/start-ups incubées.

La Zone d’Activité Numérique de la commune d’Arvieu est également un exemple intéressant, avec le regroupement dans une même zone d’un espace de co-working, d’un fab-lab, d’une médiathèque et d’espaces de bureaux.

L’espace a été développé avec la commune d’Arvieu et son intercommunalité, ainsi qu’avec une entreprise locale qui est utilisatrice et développeuse du lieu. L’implication d’acteurs locaux privés, de la commune en lien avec son intercommunalité, dans une logique de projet multi-partenarial est une condition sine qua non pour la réussite de ces lieux d’innovations.

 

Valoriser le territoire par le tourisme

La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 87 millions de touristes étrangers en 2017. Le secteur du tourisme bénéficie également des visiteurs résidant sur le territoire français.

Les espaces urbains accueillent environ un tiers des citoyens, tandis que le littoral, la montagne et les zones rurales accueillent environ 20% des français chacun.

Ce secteur constitue une source de développement importante pour les territoires français et le numérique apporte de nouvelles pistes d’actions pour améliorer l’attractivité de son territoire vers l’extérieur mais aussi pour les résidents de son territoire.

Des solutions permettent d’évaluer la réputation d’un territoire en ligne, quand des applications peuvent faire découvrir aux touristes locaux comme extra-locaux des sentiers, des monuments grâce à l’élaboration de parcours urbains.

Enfin, les avancées technologiques offrent la possibilité aujourd’hui de réaliser une numérisation 3D de monuments et bâtiments afin d’apporter une nouvelle expérience touristique. Ce fut notamment le cas avec Histovery, qui a reconstitué en 360° le Palais des Papes d’Avignon au XIVe siècle.

 

L’agriculture, un facteur d’attractivité, de qualité de vie et de résilience des territoires

De nouveaux modèles d’agricultures se développent en réaction aux modèles jugés trop productivistes. L’ambition est de favoriser une production locale, plus qualitative et de développer une consommation en circuits courts.

L’action étant motivé dans une logique d’amélioration de la qualité de vie, de renforcement de l’économie locale et d’accroissement de la résilience du territoire. Les cas d’usage recensés prennent différents formats : laboratoire d’innovation, tiers-lieu, mais aussi la mise en place d’espaces de culture adaptés aux contraintes des zones urbaines.

Ces pratiques permettent de développer les projets liés à l’agriculture, mais aussi l’activité commerciale possible grâce à ces cultures. Enfin, il s’agit de solutions basées sur des modèles participatifs, favorisant le lien social entre les citoyens.

Nicolas Potier

Nicolas Potier

Directeur Associé
Nicolas Potier est spécialiste des questions d’aménagement numérique des territoires. Il accompagne depuis 2001, les collectivités locales dans l’élaboration de projets d’infrastructures et d’aménagement numérique, en particulier dans leurs approches stratégiques et technico-économiques.


ME CONTACTER

Contactez Nicolas Potier

Une question sur la redynamisation des territoires ? Besoin d'une levée de doute en vue d'un futur projet ? Envoyez un email à Nicolas Potier, directeur associé Tactis.

  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.
Nicolas Potier

Nicolas Potier

Directeur Associé Tactis
Nicolas Potier est spécialiste des questions d’aménagement numérique des territoires. Il accompagne depuis 2001, les collectivités locales dans l’élaboration de projets d’infrastructures et d’aménagement numérique, en particulier dans leurs approches stratégiques et technico-économiques.