Quel modèle économique pour le FTTH ?What business model for FTTH?

Le marché du très haut débit semble à la traîne en Europe, comparé aux Etats-Unis et au Japon.The market for broadband seems to lag behind in Europe compared to USA and Japan. The cause is not a lack of demand, but the lack of economic models that justify the huge investments needed to build a new critical infrastructure … With regard to broadband, Europe today gives the impression of being late relative to North America and Asia. While the DSL market matures and has clusters of players in France and Europe, he joined Japan in a declining phase of bringing FTTH, since late 2007 to position itself as the Internet access technology most used. It is rather a lack of offers: – the incumbent, leading private investors do not see the value in terms of profitability, accelerate the switch from DSL to FTTH. They have with the local loop copper, even unbundled annuity status bit threatened by competition, unlike the U.S. where cable operators have a strike force far more important – contrary to what has spent in the energy or rail, it is not – at least for now – plan of separation drawn between infrastructure and services. The government can not therefore easily intervene to support the transition from copper to fiber. unlike what happened in the energy and rail, it is not – at least for now – plan of separation drawn between infrastructure and services. The government can not therefore easily intervene to support the transition from copper to fiber. Differences FTTH-mobile Ultra broadband with the deployment of FTTH for the first time confronts Europe with the difficulty of building a new infrastructure, foreseen as a natural monopoly in a market totally privatized and competitive. The comparison with mobile networks, which are well developed in a liberalized market is not useless. Stéphane Lelux, President of Tactis Laganier Lawrence, Director of Development Tactis February 2008 La cause n’est pas un déficit de demande, mais l’absence de modèles économiques qui justifieraient les énormes investissements nécessaires pour la construction d’une nouvelle infrastructure essentielle… En matière de THD, l’Europe est en retard par rapport à l’Amérique du nord et à l’Asie. Alors que le marché du DSL arrive à maturité et connaît des regroupements d’acteurs en France et en Europe, il entre au Japon dans une phase de déclin amenant le FTTH, depuis fin 2007, à se positionner comme le nouveau standard d’accès à internet. Il s’agit plutôt d’un déficit d’offre :

  • les opérateurs historiques, principaux investisseurs privés, ne voient pas l’intérêt, en termes de rentabilité, d’accélérer le basculement du DSL vers le FTTH. Ils disposent avec la boucle locale cuivre, même dégroupée, d’une rente de situation peu menacée par la concurrence, contrairement aux Etats-Unis où les câblo-opérateurs ont une force de frappe beaucoup plus importante ;
  • contrairement à ce qui s’est passé dans l’énergie ou le rail, il n’y a pas – du moins pour le moment – de plan de séparation opérée entre les infrastructures et des services. Les pouvoirs publics ne peuvent en conséquence facilement intervenir pour soutenir la transition du cuivre vers la fibre.

Contrairement à ce qui s’est passé dans l’énergie ou le rail, il n’y a pas – du moins pour le moment – de plan de séparation opérée entre les infrastructures et des services. Les pouvoirs publics ne peuvent en conséquence facilement intervenir pour soutenir la transition du cuivre vers la fibre. Différences FTTH- réseaux mobiles Le très haut débit avec le déploiement du FTTH confronte pour la première fois l’Europe à la difficulté de construction d’une nouvelle infrastructure, pressentie comme un monopole naturel, dans un marché complètement privatisé et concurrentiel. La comparaison avec les réseaux mobiles, qui se sont bien développés dans un marché libéralisé, n’est pas inutile. Stéphane Lelux, Président de Tactis Février 2008

12 Août 2010