L’internet mobile africain passera par des backbones nationaux « open access »

Le modèle de concurrence par l’infrastructure qui a prévalu dans les pays de l’OCDE depuis 20 ans est arrivé à bout de souffle.  Les régulateurs occidentaux et les opérateurs reviennent vers des modèles d’infrastructures partagés y compris en matière de partage de fréquences.

 width=
Cliquer pour télécharger l'extrait du Rapport TACTIS - Backbone fibre open access pour l'Afrique

Les pays du continent africain peuvent en tirer des enseignements très utiles au moment où les besoins de constructions d’infrastructures nationales se révèlent indispensable à la diffusion de l’internet mobile haut débit (3G, LTE/4G ) et au très haut débit (Desserte fibre).

 width=Une large majorité des pays africains, notamment en afrique sub-saharienne engagent des projets de backbone fibre optique nationaux de type « open access » mutualisé. De nombreux projets sont portés par des structures séparées des opérateurs de détail.

L’Afrique se dote ainsi de moyens lui permettant d’entrer très rapidement dans l’ère de l’internet haut débit.

Le continent africain a l’opportunité de bâtir un nouveau modèle de marché en réalisant un saut technologique vers l’internet haut et très haut débit.

 width=

03 Déc 2013