Grand Paris Express co-créer le métro le plus numérique du monde !

 width=La Société du Grand Paris, en charge de la construction du futur métro de rocade de la région parisienne, a décidé dans le prolongement de la mission confiée au Cabinet TACTIS (avec Springlabs) de lancer jeudi 5 décembre 2013 « un Appel à Manifestations d’Intérêt (AMI) » pour co-produire la dimension numérique de son projet. Il s’agit notamment de « faciliter » l’accueil d’applications et de services innovants au sein des tunnels, dans les rames de métro, sur les quai des gares, dans l’ensemble des stations et dans l’environnement proche (quartier). Cet AMI est clos depuis le 21 février 2014. La synthèse des contributions sera présentée dans le cadre d’un événement organisé d’ici la fin du printemps 2014 qui sera également l’occasion de mettre en place l’écosystème numérique autour du projet de la SGP.

Communiqué de presse du 6 mars 2014 relatif à la fin de l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) sur la dimension numérique du Grand Paris Express, ouvert par la Société du Grand Paris le 5 décembre 2013. Cet AMI a reçu 115 contributions de haut niveau.

 width=Pour Philippe Yvin, nouveau président du directoire de la SGP, « le nombre, la diversité et la qualité des contributions constitue un premier signe très positif de soutien à la démarche de dialogue de la Société du Grand Paris sur la dimension numérique du Grand Paris Express. Ce projet de métro est conçu pour améliorer la vie quotidienne de millions de voyageurs franciliens, mais aussi pour créer du lien entre territoires et stimuler l’innovation : le numérique va donc être un levier très puissant. C’est pourquoi je veux remercier tous les contributeurs à l’AMI pour leur engagement exceptionnel. Ils forment un échantillon particulièrement riche d’acteurs du numérique, de l’énergie, du développement durable, de l’innovation territoriale, de la recherche, du transport et de la mobilité ».

Durant les prochaines semaines, la Société du Grand Paris analysera les idées et propositions reçues et organisera un certain nombre d’auditions complémentaires. Une synthèse de tous ces éléments sera ensuite réalisée. Sur cette base, à l’été 2014, la Société du Grand Paris organisera un événement pour partager les résultats de l’AMI avec l’ensemble des parties prenantes et pour présenter les étapes suivantes de sa démarche numérique.

« Grand Paris Express devra être le métro le plus numérique du m width=onde ! »

 width= Interview d’Etienne GUYOT ancien Président du directoire de la Société du Grand Paris –  propos recueillis par Delphine Cuny – LT – La Tribune.fr lien article du 5 décembre 2013 – LaTribune.fr Déployer de la fibre optique dans les 205 km de tunnel devrairt coûter entre 30 et 40 millions d’euros

La Société du Grand Paris, l’établissement public (EPIC) chargé de la conception et de la construction du futur supermétro francilien, publie ce jeudi un appel à manifestations d’intérêt sur le volet numérique. Etienne Guyot, le président du directoire de la SGP, explique en avant-première à La Tribune que le réseau à très haut débit à construire coûtera entre 30 et 40 millions d’euros, pour un projet à plus de 22 milliards €.

Vous lancez un appel à manifestations d’intérêt sur le volet numérique du Grand Paris Express. Pourquoi pas directement un appel d’offres ?

Etienne Guyot : Nous nous plaçons dans une logique de dialogue. Nous voulons faire appel à des partenaires spécialistes susceptibles de nous aider à construire la dimension numérique du métro, qui n’est pas une dimension supplémentaire mais une vraie composante du Grand Paris Express.

Le déploiement d’un réseau de communication à très haut débit est d’ailleurs prévu dans la loi du 3  juin 2010 qui a créé la Société du Grand Paris. Notre ambition est de créer le métro le plus numérique du monde, à chacune des mises en service des lignes qui seront étalées entre 2017 et 2030. Nous devons donc nous projeter à dix ou quinze ans, dans la dynamique du concours international d’innovation lancé par le Président de la République, François Hollande, il y a quelques jours.

Pour faire ce travail d’anticipation, qui concerne à la fois les infrastructures de réseaux et les services et usages, nous avons besoin du regard extérieur d’entreprises, de collectivités, d’associations, de startups, etc, françaises et étrangères : l’appel à manifestations d’intérêt va être traduit afin de recueillir les contributions d’acteurs à l’international.

Nous voulons tester des idées. Nous posons 14 questions et suggérons huit pistes : de la fibre optique, des réseaux mobiles cellulaires ou WiFi, des data centers, de la géolocalisation, des espaces de télétravail, etc. Nous allons recueillir des propositions, des avis, dans une démarche très ouverte et partenariale. Il n’y a aucun sujet tabou, ni idée préconçue. Cette consultation publique est ouverte jusqu’au 21 février. Nous publierons par la suite la synthèse des réponses recueillies, dans le respect du secret des affaires.

La question des tuyaux, des réseaux, n’est-elle pas plus urgente que celle des services ?

Effectivement, certaines pistes ont un impact à court terme sur la conception des travaux de génie civil du métro. Nous devons savoir très en amont où l’on place les « fourreaux », les gaines où passera la fibre optique par exemple : si c’est sous la voie, cela change les calculs de structure de béton du tunnel. Nous allons d’abord creuser les gares à ciel ouvert puis les premiers forages avec les tunneliers commenceront début 2017 pour la ligne 15 sud, qui sera mise en service dès 2020.

Quant à la téléphonie mobile, il faudra une infrastructure mutualisée le plus possible, mais il faut savoir quel sera l’emplacement exact des antennes des opérateurs dans le tunnel, et ce dès la phase de préconception. Nous envisageons donc de lancer une procédure de mise en concurrence à l’issue de cet appel à manifestations d’intérêt, afin d’intégrer les prescriptions techniques dans les études de conception des premiers tronçons du Grand Paris Express.

Quel est le budget prévisionnel de ce métro tout numérique ?

Selon nos premières évaluations, déployer dans les 205 km de tunnel de la fibre optique « sur-capacitaire », c’est-à-dire bien au-delà des besoins du métro lui-même, ainsi que des infrastructures de téléphonie mobile de type 4G et un réseau WiFi, dans la totalité des tunnels et des 72 gares, coûterait entre 30 et 40 millions d’euros. L’enjeu, comme le souhaite Cécile Duflot, la ministre de l’Egalité des territoires et du logement, c’est de faire du numérique un outil favorisant le développement des territoires.

Ainsi, nous pourrions apporter de la connectivité à l’intérieur du métro mais aussi mettre à la disposition des collectivités un accès à la fibre tous les 800 mètres, grâce aux puits de sortie de sécurité, et amener une puissance infinie de bande passante dans les territoires. Car à un horizon de dix ans, il y aura un vrai besoin, les échanges entre entreprises se mesureront en téraoctets.

C’est un montant à relativiser par rapport au coût estimé de 22,6 milliards d’euros pour les infrastructures de transports et les gares. De plus, il sera compensé par les recettes induites. Cependant, la Société du Grand Paris ne prendra pas en charge tout cet investissement ni tous les coûts d’exploitation : il est prévu de mutualiser. La SGP n’a pas les compétences d’un acteur du numérique pour construire elle-même et commercialiser ce réseau de communication, dont elle restera en revanche propriétaire. Ceci dit, nous pouvons imaginer diverses formes juridiques de partenariats ou d’associations, de la copropriété. Il est encore trop tôt pour en parler. Nous avons la chance de partir d’une page blanche.

Vous imaginez même des « data centers » dans les gares. Est-ce le rôle d’un constructeur de réseau de transports ?

Nous voulons étudier cette opportunité et nous demandons aux acteurs intéressés s’ils pensent que nous devrions le faire. Nous allons nous-mêmes créer et récupérer beaucoup de données, notamment d’usages, avec un trafic estimé à 2 millions de voyageurs par jour en 2035 : il  faudra rendre ces données utiles, donc les partager dans une logique d’ouverture, d’open data, conformément à la politique conduite par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avec Etalab. Ceci en lien avec le ou les futurs exploitants et l’autorité organisatrice des transports, le Stif.

Ces données sont la matière première pour créer les services mobiles de demain qui vont devenir de plus en plus collaboratifs. Nous pouvons être un tiers de confiance des données numériques des voyageurs.

La Société du Grand Paris pourrait créer des « data centers » à un coût marginal, le long de son réseau, qui constitueraient un des éléments d’une armature numérique au service des territoires. Cela permettrait par exemple de faciliter l’accès des TPE/PME à des services de « cloud. » Il faut se projeter à dix ans : les entreprises auront besoin de stocker des quantités importantes de données, les collectivités aussi, par exemple sur les données d’usage en matière énergétique.

Ce stockage pose souvent des problèmes de foncier et d’énergie, il y a peu de centres de données locaux, dans le sud de Paris notamment. Nous cherchons à valoriser notre infrastructure et nos espaces, comme, par exemple, les emprises des sites de maintenance sur lesquelles nous pourrions installer d’autres services. Ce serait naturellement neutre et ouvert à tous les acteurs : nous n’avons pas vocation à devenir un opérateur de data center. Nous n’allons pas faire le Cloudwatt ou le Numergy du Grand Paris ! Il s’agit de prévoir des espaces pour cela, de les pré-équiper pour que des opérateurs de datacenters puissent ensuite les exploiter, éventuellement à la demande ou avec des collectivités locales. Ce ne serait pas forcément dans toutes les gares. La rentabilité de ce type de projets peut être très forte et contribuer, même si cela restera marginal, au financement du nouveau métro.

Quid des services? Avez-vous déjà des idées de besoins futurs ?

Il faut que le temps de transport devienne du temps utile. La connectivité y participe. Il faut réfléchir à des services allant de l’amélioration de l’information des voyageurs, grâce au smartphone et à l’échange collaboratif par les usagers eux-mêmes sur le trafic et les perturbations (crowdsourcing), à d’autres de la vie quotidienne, que ce soit des « e-services » couplés à des espaces commerciaux (conciergerie, restauration), de l’e-publicité, des services touristiques, etc.

Cela renvoie au sujet très tendance de la ville intelligente, auquel toutes les grandes métropoles du monde réfléchissent. Par exemple, nous pourrions imaginer qu’un voyageur puisse récupérer son panier de courses en gare grâce à la géolocalisation de son téléphone portable. Nous pourrions d’ailleurs lancer un concours d’applications ou initier un processus de labellisation, selon les contributions que l’AMI suscitera.

Nous devons aussi préciser dans chaque gare les espaces de services à prévoir. Nous avons ainsi pensé à aménager dans certaines d’entre elles, qui seront des carrefours de mobilité urbaine, des espaces de travail mutualisés, de type « co-working » en s’inspirant de « La Cantine » à Paris. Ces espaces existent plutôt dans les centres urbains aujourd’hui. La Caisse des dépôts, Orange et Regus viennent de s’associer pour implanter des télécentres en périphérie, c’est une première et un signal très positif.

L’idée serait pour nous de réserver des mètres carrés à ce concept, l’exploitation étant confiée à des partenaires spécialistes. Tout ceci doit contribuer à l’amélioration de la vie quotidienne des Franciliens, à l’égalité et à l’attractivité des territoires les plus enclavés de la région, qui sont les objectifs que nous a fixés Cécile Duflot, notre ministre de tutelle.

Un voyage en video d width=ans les futures gares du Grand Paris Express  

Commentaires et informations relatives à TACTIS

TACTIS accompagne les grands aménageurs tels que la Société du Grand Paris pour définir sa stratégie de valorisation et de programmation des infrastructures afin de faciliter le développement de futurs services numériques. Ces projets s’inscrivent dans la démarche « smart city » développée par TACTIS depuis l’année 2006. Notre approche consiste à anticiper dans les grands projets le « plancher technique numérique » qui permettra de faciliter la diffusion des innovations digitales que ce soit au service des usagers ou de l’exploitation des grandes infrastructures d’un territoire ou d’un projet.

Depuis l’été 2012, TACTIS conseille la Société du Grand Paris dans le cadre de son programme de valorisation et d’anticipation de l’impact du numérique : Article France BTP « le métro le plus digital au monde » et Les Echos « Paris prépare la révolution numérique du métro ».

La Société du Grand Paris, en charge de la construction du futur métro de rocade de la région parisienne, a décidé dans le prolongement de la mission confiée au Cabinet TACTIS (avec son partenaire SPRING LABS) de lancer le jeudi 5 décembre 2013 « un Appel à Manifestations d’Intérêt (AMI) » pour doter son projet d’une infrastructure réseau numérique pour « faciliter » l’accueil d’applications et de services innovants au sein des tunnels, dans les rames de métro, sur les quai des gares, dans l’ensemble des stations et dans l’environnement proche (quartier).

 width=Cet AMI est engagé pour mobiliser très en amonts tous les acteurs de la filière numérique, de la mobilité, de la communication, des services, mais aussi de grands groupes ou de société intéressés par l’investissement dans ces innovations et leur financement, conception, déploiement et exploitation afin d’imaginer et valider ensemble des projets (mobilité, télétravail / co-working, nouvelles formes de relations e-commerce/e-services et prestations de proximité, de même pour la e-santé, e-education …) pouvant être développé dans le cadre de ce futur métro.

 width=Pour piloter ce dossier, Jérome COUTANT a été nommé début septembre 2013 pour prendre en charge la responsabilité du numérique au sein de la SGP dans le prolongement du travail impulsé par Marc DEMOUVEAU (DSI du Grand PARIS). L’objectif pour la SGP est non seulement de concevoir des équipements et installations (locaux techniques, câblages, réseaux radios, …) les plus ouverts et mutualisés pour accueillir ces nouveaux services dans les meilleurs conditions mais également d’impulser une dynamique innovante entre acteurs issus d’univers très différents. Stéphane LELUX, width= Président de  TACTIS Président de l’Association GCANT Groupement des Conseils pour l’Aménagement Numérique du Territoire. Administrateur de Renaissance Numérique

18 Juin 2015