Concours Datackthon – promouvoir la création autour de l’openData

« On ne peut pas pas aider 100 000 fois 1 personne, mais on peut aider 1 fois 100 000 personnes ! » – Le premier DATACKTHON s’est déroulé les 1er,2 et 3 février 2013 au Palais de la Bourse – Paris

C’est le slogan des organisateurs du 1er concours national français de développement d’applications grand public autour d’un jeu de données publiques.

le site web du DATACKTHON pour suivre les résultats et acteurs impliqués. width=

L’objectif des organisateurs était de faire un concours d’applications data, mais aller plus loin que le simple challenge technique en mettant en avant 1 – le potentiel d’audience et 2 – le potentiel business. D’où la formule : une application qui doit toucher 100.000 personnes. Les partenaires de cette opération ont mis à dispositions des jeux de données et des mentors techniques pour aider à hacker leur data. La SNCF, est le sponsor principal, en apportant ses données TER, en plus de celles déjà disponible via sa plateforme opendata.

L’ambition est que tout développeur ou désigner puissent enrichir leurs applications ou créations avec des données publiques récupérées via des API notamment.

L’accès aux données et l’utilisation de ces données pour développer ou enrichir les services que ce soit au sein des collectivités locales, des opérateurs privés ou par des éditeurs privés ou associations sont au cœur des enjeux des territoires innovants et de la smartcity.

L’openData n’est pour autant pas synonyme d’un usage non contrôlée des données (enjeu des données personnelles notamment), ni de la gratuité de ces données (enjeu économique de la juste monétisation pour sa production ou actualisation), ni de l’absence de contrôle (enjeu de la confiance dans l’information).

C’est une dynamique essentielle et centrale pour assurer l’innovation dans les applications nomades notamment personnalisées, géolocalisées et temps réels.

A ce titre les acteurs publics locaux / nationaux et les acteurs privés qui travaillent avec eux se doivent d’engager une démarche pour permettre la production de ces données de façon interopérable entre les domaines pour faire émerger des services proches des usagers.

Stéphane LELUX

04 Fév 2013