30 juin 2012 du Minitel à la Fibre ?30 june 2012 – From Minitel to Fiber

 title=Le Minitel a forgé une génération d’entrepreneurs, d’experts et d’usagers en créant ce que nous avons appelé la Télématique une décennie avant la naissance du WEB. Le 30 juin 2012, se ferme une page de l’histoire du numérique français et mondial auquel le Minitel a contribué. L’héritage est conséquent en dehors de fortunes personnelles de quelques acteurs dont le fondateur d’Iliad, les fruits de la télématique restent bien présents dans notre quotidien. Le concept de kiosque numérique (système de paiement d’un service hébergé par un acteur intermédiaire) a fortement inspiré la création des « Apps Store ». Les standards d’affichages et de mise en page ont contribué à l’émergence de HTML et des navigateurs WEB … La diffusion massive d’un terminal (plus de 6,5 millions) a permis de créer un marché de masse et d’engendrer à son apogée en 1996 plus de 25 000 services hébergés dans le réseau (déjà le cloud), avant l’émergence des PC à des prix accessibles pour le grand public. Le Minitel a cependant eu pour effet d’occulter durant plusieurs années l’arrivée de l’internet en France. Une date clé est à marquer dans nos mémoires le 25 août 1997, celle où plus que symboliquement une impulsion politique a été donnée pour le passage de témoin du Minitel à l’Internet en France (Discours du Premier Ministre – Lionel JOSPIN à L’Université de de la Communication – à HOURTIN) . title= Ce message a marqué une véritable rupture dans ce qu’était encore à l’époque France Télécom entreprise 100% publique. La décision était prise de passer à L’internet. Sans cette impulsion, l’internet français aurait pris beaucoup de retard tout comme l’ADSL qui de facto libéré a pu émerger dès 1999. 15 ans plus tard, à ce moment clé de notre histoire, nous devons avoir pour l’aDSL (plus globalement les technologies sur paire de cuivre) la même précaution. En effet, l’internet haut débit via le DSL en France a été un franc succès (rapport ARCEP 31 mai 2012) et nous devons nous en réjouir. Mais, il ne faudrait pas que notre excellence numérique d’accès haut débit par l’ADSL ne constitue un leurre face à la déferlante fibre optique et Très Haut Débit que le monde (notamment asiatique) est en train de vivre. Plusieurs s’interrogent pourquoi faut-il aller à la fibre alors que les usagers sont en fait peu nombreux à le demander. Nous étions dans la même situation face à l’internet il y a 15 ans. L’époque de Teletel/Transpac se termine et nous pouvons être fière de cet héritage, tous comme nous devons l’être pour l’ADSL. Mais il faut regarder de l’avant et avoir le même courage politique qu’en 1997 pour impulser une véritable transformation de l’Internet français en mettant tous les moyens pour accélérer le basculement au très haut débit et à la la fibre optique. C’est une réelle question pour notre avenir aussi bien industriel que sociétal.  title= C’est à la fois un enjeu économique pour la construction de ce réseau fibre à l’abonné, mais également un défi qui offre des opportunités pour la création de nouveaux devices (terminaux, équipements …) et bien sûr pour le foisonnement de nouveaux services professionnels et grands publics. title= Ne ratons pas ce train, sachons tirer profit des enseignements passés et rendons possibles la naissance rapide de nouveaux ILIAD/FREE, de nouveaux ARCHOS, de nouveaux Dassault Systèmes … qui s’appuieront sur un marché intérieur dynamique et porteur d’avenir. L’enjeu immédiat représente plus de 35 000 emplois directs selon une étude de la CDC. C’est aussi l’avenir de filières industrielles comme la construction de fibres optiques où la France est leader européen (ACOME, PRYSMIAN …). Ces atouts et ces enjeux doivent guider rapidement nos décisions si nous ne voulons pas être d’ici 5 ans de simples consommateurs des industries asiatiques et des fournisseurs de services nord-américains. Stéphane LELUX – Président de TACTIS Le Minitel a forgé une génération d’entrepreneurs, d’experts et d’usagers en créant ce que nous avons appelé la Télématique une décennie avant la naissance du WEB. Le 30 juin 2012, se ferme une page de l’histoire du numérique français et mondial auquel le Minitel a contribué. L’héritage est conséquent en dehors de fortunes personnels de quelques acteurs dont le fondateur d’Iliad, les fruits de la télématique restent bien présente dans notre quotidien. Le concept de kiosque numérique (système de paiement d’un service hébergé par un acteur intermédiaire) a fortement inspiré la création des « Apps Store ». Les standards d’affichages et de mise en page ont fortement inspiré le HTML et les navigateurs WEB … La diffusion massive d’un terminal (device) a permis de créer un marché de masse et engendrer plus de 25 000 services hébergés dans le réseau (déjà le cloud)…. Il a cependant eu pour défaut d’occulter durant quelques années l’arrivée de l’internet en France et sans une décision politique en septembre 1997, le Minitel et Teletel serait resté de nombreuses années l’internet français. A ce moment de notre histoire, nous devons avoir pour l’ADSL sans doute les mêmes attentions mais aussi les mêmes precautions. En effet, il ne faudrait pas que notre excellence numérique d’accès haut débit par l’ADSL ne constitue un leurre face à la déferlante Tres haut débit que le monde (notamment asiatique) est en train de vivre. L’époque de Teletel/Transpac se termine. Au même, moment nous devons regarder de l’avant pour remplacer l’Internet par ADSL par la fibre optique. C’est à la fois un enjeu industriel pour la construction, pour les terminaux à inventer, pour les services nouveaux à créer ! ne ratons pas ce train.

28 Juin 2012